Sylvain Subervie, l’Artiste en vogue de la Côte d’Azur

 

Sylvain Subervie

Exposition des « Guerriers Boucliers » aux Voiles d’Antibes Trophée Panerai 2012.
Exposition au Cap d’Antibes Beach Hôtel
Exposition publique « La Bastide St Antoine » Jacques Chibois, GRASSE
ART BASEL MIAMI 2011 – Vente aux enchères à la FAAM.
Exposition permanente Galerie Miami Dream – MIAMI
Exposition permanente Galerie Leadouze, PARIS, Avenue Matignon
Exposition permanente Galerie Valérie Goodman NEW YORK
Exposition publique permanente, sur la Promenade du bord de mer, « Le Banc de Poissons » à CAGNES SUR MER
Exposition publique « Le Banc de Poissons » Port de CANNES
Exposition publique, « Les Guerriers Boucliers » Musée Augier & Le Negresco, NICE
Exposition publique, » Les Guerriers Boucliers », espace Cap 3000 ANTIBES
Exposition, « Les Guerriers Boucliers », restaurant R&C Apicius, PARIS
Exposition publique, « Les Guerriers Boucliers » à Antananarivo, MADAGASCAR
Exposition privée,  » Le Banc de Poissons », plage du Gray d’Albion, CANNES
Exposition « Lumière de roche », Galerie Liova St Germain des Prés, PARIS
Exposition Ambassade de Madagascar à PARIS
Exposition Galerie Philippe Gravier, PARIS

 

L’HISTOIRE D’UN ARTISTE EN QUÈTE DE VÉRITÉ

 

Sylvain Subervie

De Paris à Tananarive, de Cannes jusqu’à Miami, Sylvain Subervie n’a pas l’habitude de passer quelque part sans laisser de traces. Si l’Art arpente l’histoire des humanités de son concours de forme et de sens, alors l’Art de Subervie est bel et bien le reflet de sa vie, une vie impitoyable qu’il a su vaincre et emmener au plus haut.Né à Suresnes en 1950, c’est à l’âge de 15 ans que Subervie débute dans le monde du travail. En 1973, ilintègre la sphèretrès privée de la mode. Il démarre sa carrière chez Pierre Cardin, puis de nombreuses collaborations s’ensuivent : Jean Charles de Castelbajac, Angelo Tarlazzi, Capucine Puerarri et Princesse Tam Tam, marque dont il participe au lancement, et qui le mènera jusqu’à Madagascar.Ce changement de cap fait basculer le destin de l’artiste. « C’est un pays dont on ne peut sortir indemne » s’explique-t-il. Incontestablement, il y trouve son lieu de parole, et il y déploie toute sa créativité artistique.

Lasse du monde éphémère de la mode, Sylvain Subervie prend le parti de donner vie à des œuvres intemporelles. Il s’abandonne au façonnement de matériaux nobles tels que le fer ou le cristal de roche. La forge du fer fut une étape décisive dans l’accomplissement artistique de Subervie. Devenu l’expression de sa propre personnalité, son talent prend vie dans un rapport de force qui s’exerce entre le fer forgé et lui même. Le travail du fer est l’empreinte de sa ténacité et de sonardeur peu commune. Chaque objet est une réalisation parfaitement maîtrisée. Pas de travail de recherche, une seule vague d’émotions le traverse, et le dessin est rendu sur papier. Chacune des pièces de Subervie est une affirmation, une vérité qu’il a longtemps cherché, une vérité humble et transformée en beauté, une vérité qui surgit du sol et dont on peut s’approcher. Au fil du temps, Subervie exprime son Art à une autre échelle, et donne vie à des œuvres d’art monumentales. La première fut la Girafe, la Trilogie, l’Armée des Guerriers Boucliers, le Banc de Poissons,ettout dernièrement, l’Oeuf.

LA RENCONTRE ENTRE L’ART, LA MER ET LA PAIX

 

LA GENESE

Chap I : LA GENÈSE DU POISSON

Amoureux de mer et de voiles depuis l’enfance, Subervie choisit de mettre en forme le symbole des mondes marins, le poisson. Il imaginel’immense réplique d’un banc de poisson, animé et tout en transparence. Une œuvre qui défend la beauté innocente et de la force fluide du poisson. Un poisson muet, naïf et meurtri par l’Homme.

Lorsque le vent souffle, les poissons entrent en mouvement emmenant l’imaginaire de chacun vers un voyage au long court. D’abord exposée dans le vieux port de Cannes en 2006, les poissons font finalement une escale définitive sur la promenade de l’hippodrome à Cagnes sur Mer en 2008. Depuis, c’est un formidable succès qui unit la ville et ses habitants. Fortement attachés à l’aspect maritime et culturel de leur ville, les Cagnois ont immédiatement adopté l’œuvre. Le 28 juillet 2012, Sylvain Subervie offre trois poissons supplémentaires à la ville pour un Banc de Poissons de plus de 25 mètres de long !

GUERRE PACIFISTE

chap II : LES PRÉMICES D’UNE GUERRE PACIFISTE

Depuis 2008, Sylvain Subervie travaille sur une œuvre qui défit toutes les proportions, l’Armée des Guerriers Boucliers en Guerre contre la Guerre. Une œuvre, un symbole, qui lance les prémices d’un concept nouveau au service d’une cause pacifiste. L’Armée des Guerriers Boucliers est née d’un « flagrant délit d’indifférence ». Subervie regarde les informations quotidiennes à la télévision, des informations souvent dramatiques et illustrées d’images de guerre, de violence et d’horreur. Il se surprend alors à changer de chaine avec un total détachement, comme accoutumé, lassé, immunisé face au choc.

C’est alors que l’artiste réalise l’œuvre la plus emblématique de son Art, l’Armée des Guerriers Boucliers, en Guerre contre la Guerre : un bataillon indestructible composé de cent soldats en fer forgé à taille humaine. Chaque soldat appartient à l’Armée, et plus il existe de Guerriers Boucliers dans cette Armée, plus elle est puissante et indestructible. « Il faut tuer l’envie de tuer » disait Daisaku Ikeda, « Le monde est la responsabilité de tous » disait Léon TolstoÏ… ces dires ont poussé l’artiste à émettre un message paradoxal de Paix, à contrer la violence de Guerre avec fermeté et courage.

Dispersée ou rassemblée, l’Armée des Guerriers Boucliers veille à l’éternelle diffusion de ce message universel de Paix. Sylvain Subervie prend peu à peu conscience de l’impact que peuvent avoir ses œuvres dans l’esprit collectif. Il met son Art au service d’une cause juste et d’un monde meilleur, un monde dans lequel la Guerre et les conflits sont combattus par un Art mobilisateur.

Depuis 2008, Subervie n’a malheureusement pas pu cesser le feu, bien au contraire. Dans le contexte géo politique actuel, et au regard de toutes les catastrophes humaines qui ont ponctuées de cette année 2012, être un Guerrier Bouclier c’est être un Homme, un Vrai. C’est surtout croire en l’avenir, et avoir foi en demain.

 

FUSION

Chap III : LA FUSION

Sylvain Subervie

Subervie réalise son rêve et embarque en 2010 avec son fils Louis et sa femme Haja, pour un périple transatlantique. Le trio navigue pendant six mois, depuis Saint Hilaire de Riez jusqu’à Madagascar. La plus grande satisfaction de l’artiste dans la réalisation de ce long voyage est « d’avoir pris le temps ». Le temps, devenu son plus fidèle allié en mer. La terre ferme quant à elle, est pour lui désormais synonyme d’urgence. Durant ce long périple en mer, une idée vint à éclore… L’Art est le propre de l’Homme, il incarne la beauté et s’adresse délibérément à nos sens et à nos émotions. L’Art est le point commun à tous les peuples du monde, il est un langage universel, un motif de partage, d’échange, de dialogue, de Paix en un mot.

La mer est le lien le plus vaste entre tous les peuples de la terre. Par leur immensité et les mystères et légendes que l’on peut y attacher, les mondes marins constituent un enjeu décisif des sociétés humaines et de l’équilibre de leurs relations. De la fusion des imaginaires de Sylvain et de Louis Subervie, et celle de ces deux symboles d’universalité l’Art et la Mer, découle l’idée d’une immense campagne de communication pour la Paix menée par les Guerriers Boucliers : LA CROISIERE ART & PAIX (CAP) et l’association du même nom présidée par son fils Louis.

CHAPITRE IV : LE COMMENCEMENT

Embarquer sur un destrier moderne des mers, fonder un bureau de communication flottant et itinérant à bord, et à chaque étape de la CAP, organiser des évènements culturels en Faveur de la Paix. Chanteurs, musiciens, sportifs, danseurs, collectionneurs, cuisiniers ou cinéastes, se mobilisent autour des Guerriers pour soutenir et renforcer le rayonnement d’un message de Paix. La CAP a donné son premier coup de canon au printemps dernier, lors du célèbre événement sportif des Voiles d’Antibes – Trophée Panerai (30 mai – 3 juin 2012). Première étape d’un long périple en mer, c’est à bord d’un Sense 55, dernier voilier de la gamme Bénéteau (sponsorde La CAP), que Sylvain Subervie et l’équipe de communication de la CAP se sont rendus au Port Vauban à Antibes.

Sur les remparts du port, une exposition artistique monumentale de 54 Guerriers Boucliers en Guerre contre la Guerre surplombait toute la manifestation. Tous les jours été organisés des sorties en mer pendant les régates, des open-boat, des discours et interview autour du thème de la Paix, des animations et spectacles autour de l’exposition.

 

Le premier événement de la CAP a fait l’effet d’une bombe pendant les Voiles d’Antibes ! Tous les participants, photographes, visiteurs, journalistes ont crée un engouement général autour du bateau et de l’exposition. Les membres de l’équipe de la CAP ont trouvé un public très réceptif à leur message, un accueil chaleureux et des encouragements de toutes parts…

L’œuvre des Guerriers Boucliers et le concept de la CAP ont particulièrement séduit les Antibois et les élus locaux. Se caractérisant par une architecture médiévale propice à l’installation de cette œuvre à long terme, et fortement attachée à son aspect maritime, la ville d’Antibes pourrait devenir la ville garnison des 100 Guerriers Boucliers de Subervie.